J’ai survécu à ma mère

J’ai survécu à ma mère, survivre à la maltraitance : l’histoire vraie d’une fillette martyrisée est un récit autobiographique de Victoria SPRY, paru aux Editions City en 2016 pour la traduction française. Il a été publié en Grande-Bretagne sous le titre Tortured. 373 pages.

L’auteur : Victoria SPRY a aujourd’hui 28 ans. Depuis la fin de son calvaire il y a 10 ans, elle a enfin appris à lire, écrire et est allée à l’université. Victoria construit aujourd’hui une vie de famille normale avec son compagnon et ses chiens.

Le résumé : « Si tu parles, jamais personne ne te croira ». Aux yeux de tout le monde, la mère de la petite Victoria est dévouée et aimante. Elle affiche l’image lisse et tranquille d’une famille parfaite. Mais une fois la porte de la maison refermée, elle se transforme en un véritable bourreau, un monstre cruel. Dès l’âge de 3 ans, Victoria subit la colère de cette mère terrible : elle est battue, humiliée et maltraitée. Son enfer est quotidien, son calvaire inimaginable. La femme qui devrait l’aimer et la protéger la roue de coups, lui fait avaler du détergent ou l’attache nue dans la cave en plein hiver… Ce véritable martyre va durer 18 ans. Dix-huit très longues années. Jusqu’au jour où Victoria aura le courage de dénoncer son bourreau. Avant de se reconstruire tant bien que mal et de commencer à vivre. Enfin.

Mon avis : Ce livre était dans ma Pile A Lire depuis cet été. Je l’ai lu d’une traite ou presque. Il s’agit d’une histoire vraie, bouleversante. Victoria SPRY raconte son enfer quotidien et c’est insoutenable. Dès les premières pages du récit les horreurs commencent et se succèdent sans répit… Est-on dans un thriller ? Non il s’agit bien de la réalité, la cruauté humaine ne manque pas d’imagination… Tortures jusqu’à la frontière de la vie avec la mort, emprise psychologique, sa  « mère » fait passer Victoria pour une autiste aux yeux de tous, des médecins et lui assène qu’elle est l’enfant du Diable. Les questions que l’on se pose : comment est-ce possible ? Comment Eunice, la « mère » a t’elle pu manipuler et berner les services sociaux, le corps médical ?… Eunice Spry a été condamnée à 14 ans de prison, 26 chefs d’accusation, en sortira au bout de 7 en 2014 à l’âge de 71 ans. La reconstruction de Victoria sera longue, difficile et ce qui m’a marqué dans ce récit c’est sa force mentale, de vouloir et pouvoir accéder à une vie normale et heureuse malgré les souvenirs précis et bien ancrés des tortures physiques et psychologiques subies pendant 18 interminables années.

A voir sur YouTube, la vidéo « L’histoire de Victoria, Alloma et Christopher Spry ».

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s