HEX

HEX est un thriller/roman d’épouvante/fantastique de Thomas Olde Heuvelt, paru en 2017 chez BRAGELONNE pour la traduction française et en 2019 pour la version Le Livre de Poche. 550 pages pour la version poche.

Thomas Olde Heuvelt est un romancier et nouvelliste né en 1983 aux Pays Bas. Il a étudié la langue anglaise et la littérature américaine à l’Université Radboud de Nimègue et à l’Université d’Ottawa au Canada, où il a vécu pendant six mois. Il a écrit son premier roman, De Onvoorziene (2002), à l’âge de dix-neuf ans. Salué par la critique, son roman d’épouvante HEX (2013) est un succès traduit dans quatorze pays, et la Warner développe actuellement une série télévisée basée sur le roman. Ses nouvelles ont reçu le Prix ​​Hugo de la meilleure nouvelle courte (2015), le Prix Paul Harland (2009 et 2012), et ont été nominés pour deux autres prix Hugo (2013, 2014) et un World Fantasy Award (2014). (Source : Babelio).

Bienvenue à Black Spring, charmante petite ville américaine. Mais ce ne sont que les apparences : Black Spring est hantée par une sorcière dont les yeux et la bouche sont cousus. Elle rôde dans les rues et entre chez les gens à sa guise. Les habitants s’y sont tant habitués qu’il leur arrive d’oublier sa présence. Ou la menace qu’elle représente. Car chacun sait ce qui leur arrivera s’ils la touchent ou écoutent ses chuchotements. Et si la vérité sort de son enceinte, la ville entière disparaîtra. Pour empêcher la malédiction de se propager, ses habitants ont développé des stratagèmes et des techniques de pointe. Mais un groupe d’adolescents décide de braver les règles et les interdits, et plonge Black Spring dans un atroce cauchemar…

J’ai acheté et lu ce livre grâce au commentaire de Stephen King sur la couverture. Le résumé était tentant mais les histoires de sorcières cela ne m’attire pas spécialement. Et j’ai bien fait ! Je l’ai dévoré ! Pas de longueurs au départ, le lecteur entre de suite dans l’intrigue et découvre Black Spring, sa singularité et ses habitants sans que ce soit rébarbatif, à mon sens. Une atmosphère sombre, oppressante, un récit original car la perversion humaine est tout aussi monstrueuse que le phénomène auquel est confronté les habitants. C’est la première fois que je lis un livre qui me fait vraiment penser à du Stephen King et pas à une pale imitation ! Le seul défaut, s’il faut en trouver un, c’est que Black Spring, petite ville américaine, est totalement isolée du monde car les habitants ont mis en place des stratagèmes pour que rien ne se sache mais les étrangers peuvent quand même venir y passer la journée mais doivent repartir à la nuit tombée. Un peu gros que cela n’attise pas les interrogations à l’extérieur de la ville. Mais bon cela n’entache en rien la qualité de ce livre ! Quelques scènes horrifiques mais rien de gore qui pourrait déranger. Quant à la fin… Si comme moi vous aimez Stephen King, je vous le conseille. La Warner va adapter HEX sous forme de série et cela promet d’être sympathique.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s