Que le jour commence ainsi

Que le jour commence ainsi est un roman de Guillaume Roux, paru en 2018 chez Entreprendre Editions.

Guillaume Roux est psychologue, psychanalyste, écrivain et poète. Ecrire a toujours été une nécessité pour cet homme de 47 ans qui passe sa vie professionnelle à écouter le désordre intérieur et le tourment des âmes. La publication est une expérience nouvelle, une nécessité à son œuvre et son engagement d’écrivain. Il est l’auteur d’une centaine de nouvelles et de 9 romans. Guillaume Roux est un homme du Sud. Né et vivant à la croisée des collines niçoises et des terres provençales, c’est tout le climat, les parfums et les contrastes puisant des rochers de la garrigue, des terres arides et de la mer qui semblent avoir nourri sa langue et créé son style (Source : Entreprendre Editions et Babelio).

L’auteur est présent sur Instagram : @qljca et sur http://www.guillaumeroux.com

… il avait raconté l’histoire de la fille du train. Il avait envie de raconter à Annabelle, comme une sorte de conte, qu’on ne trouve que dans les histoires d’enfants. Mais il n’avait pas osé. A table, plus tard, ils auraient dit :  » Mais où vas-tu chercher toutes ces histoires ?  » Il avait pensé qu’ils diraient une phrase pareille. C’est vrai ça, d’où sortait cette histoire ?

Dans un quelque part qui ressemble à nos vies, à nos villes, la pluie couvre le monde et les drames révèlent la grande solitude de chacun. Mais personne n’échappe au hasard des rencontres. Entrevoir sa vie ne devient plus possible, il faut y plonger vraiment, aimer. Ce roman, comme un conte poétique, puise sa lumière dans les coeurs et les corps entremêlés d’un homme ordinaire, blessé et d’une femme fragile et merveilleuse.

Dès qu’il rencontra Stella, il ne sut plus jamais distinguer les choses terrestres des choses de leur monde, où l’invraisemblable se mêlait au réel.

Mon avis : Quelle élégance… de la fine illustration de la couverture jusqu’aux dernières phrases du roman ! Un récit poétique, original, une très belle plume. C’est l’histoire de deux personnes abimées par la vie, l’un par deux événements dramatiques et l’autre, par sa solitude et sa fragilité. Les hasards de la vie vont faire qu’ils vont se croiser, dans un train. Le personnage de Stella est comme une apparition, une sorte de brume enveloppante, légère, énigmatique, j’ai beaucoup aimé. Le personnage principal masculin, anéanti par le drame qu’il vit, résiste puis se laisse happer par le destin. Douceur, fluidité de l’écriture, des passages d’une grande sensualité, quel plaisir pour le lecteur de se laisser porter comme sur un nuage. C’est la sensation que j’ai eu à la lecture de ce récit. Comme l’ont souligné d’autres blogueurs et bookstagrameurs Guillaume Roux mérite vraiment d’être reconnu par une grande maison d’édition.

Je vais mourir ici, comme une statue. Il serait mort aussi, en moi. C’est peut-être ça l’amour, se fondre, disparaître. Ca donne peut-être… l’éternité. J’ai mal, je ne sais pas où, partout en moi, j’ai mal. Elle essaya de pencher le visage vers lui, vers sa nuque, cherchant à l’éprouver, le sentir. Comme elle n’y arrivait pas, sa pensée finit son geste, elle sentit sur ses lèvres la nuque froide, le fin duvet, la peau. Peu à peu, la sensation se réchauffa. Nous sommes au milieu de cette mort, ensemble. Il me tient dans son corps, il est dans le mien.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s