La jeune fille et la nuit

La jeune fille est la nuit est un thriller de Guillaume Musso, paru aux éditions Calmann Levy en avril 2018 et il vient de sortir chez Le Livre de Poche en avril 2019. 440 pages pour la version grand format.

Crédit Emanuele Scoralleti

Guillaume Musso est né en 1974 à Antibes. Il se prend de passion pour la littérature très jeune, consacrant tout son temps libre à dévorer des livres dans la bibliothèque municipale où travaille sa mère. C’est grâce à un concours de nouvelles proposé par son professeur de français qu’il découvre le bonheur de l’écriture. À compter de ce jour, et jusqu’à aujourd’hui, il ne cessera plus de noircir des carnets. Ses études, son long voyage aux États-Unis, ses rencontres, tout vient enrichir son imagination et ses projets de roman. Diplômé de sciences économiques, il devient professeur dans l’est puis le sud de la France. En 2001, il publie son premier roman, Skidamarink, mais c’est le suivant, Et Après… qui consacre sa rencontre avec le public. Cette  histoire d’amour et de suspense soulignée de surnaturel lui vaut un succès fulgurant qui ne se démentira plus. Traduits en quarante langues, plusieurs fois adaptés au cinéma, tous ses livres connaissent un immense succès en France et dans le monde. Pour les lecteurs, chaque nouveau roman de Guillaume Musso est désormais un événement et un rendez-vous. Source : https://www.guillaumemusso.com/

Un campus prestigieux figé sous la neige. Trois amis liés par un secret tragique Une jeune fille emportée par la nuit. Côte d’Azur – Hiver 1992, une nuit glaciale, alors que le campus de son lycée est paralysé par une tempête de neige, Vinca Rockwell, 19 ans, l’une des plus brillantes élèves de classes prépas, s’enfuit avec son professeur de philo avec qui elle entretenait une relation secrète. Pour la jeune fille, « l’amour est tout ou il n’est rien ». Personne ne la reverra jamais. Côte d’Azur – Printemps 2017, autrefois inséparables, Fanny, Thomas et Maxime, les meilleurs amis de Vinca, ne se sont plus parlé depuis la fin de leurs études. Ils se retrouvent lors d’une réunion d’anciens élèves. Vingt-cinq ans plus tôt, dans des circonstances terribles, ils ont tous les trois commis un meurtre et emmuré le cadavre dans le gymnase du lycée. Celui que l’on doit entièrement détruire aujourd’hui pour construire un autre bâtiment. Dès lors, plus rien ne s’oppose à ce qu’éclate la vérité. Dérangeante. Douloureuse. Démoniaque…

Il s’agit du premier roman de Guillaume Musso que je lis. Cette belle édition limitée m’avait tentée quand je l’ai vu mise en avant chez le libraire. J’étais curieuse aussi de découvrir un auteur qui a autant de succès et que je n’avais pourtant encore jamais lu. Le livre dormait dans ma pile à lire depuis un moment et hier soir, il en a été extrait. Les 440 pages ont été dévorées dans la soirée. Les pages se tournaient toutes seules, un thriller sympa avec des rebondissements, du suspense sous le soleil d’Antibes et de la Côte d’Azur, un peu comme une série télé. J’ai passé un très bon moment de détente mais je ne suis pas certaine d’en garder un souvenir impérissable. Je reconnais cependant le talent de l’auteur d’embarquer le lecteur.

Le roman le plus médiocre a sans doute plus de valeur que la critique qui le dénonce comme tel.

Dès que j’étais entouré de livres et que je plongeais dans une atmosphère un peu studieuse, quelque chose s’apaisait en moi. Je sentais physiquement l’angoisse refluer. C’était aussi efficace que le Lexomil, mais nettement moins facile à transporter.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s