In Paradisum

In Paradisum est un roman d’Isabelle Jarry paru dans la Collection Blanche chez Gallimard en février 2019. 421 pages.

Droits réservés, source Babelio

Isabelle Jarry est une romancière et essayiste française. Botaniste et biologiste de formation, Isabelle Jarry est aussi une grande voyageuse, elle a passé deux ans à recueillir les souvenirs et les confidences de Théodore Monod (1902-2000) qu’elle a même accompagné dans le Ténéré. En 1990, elle signe un livre d’entretiens avec Théodore Monod en guise d’entrée en littérature. Suivront plusieurs romans dont L’homme de la passerelle (Prix du Premier Roman 1992), L’Archange perdu (1990, Prix Anna de Noailles de l’Académie française), Le Jardin Yamata (1999), J’ai nom sans bruit (2004), La Traversée du désert (2008) et plusieurs récits de voyage. En 1995, elle obtient le Prix Amerigo-Vespucci pour Vingt-trois lettres d’Amérique. Elle a publié aussi des essais, des textes sur le paysage, la danse, l’art, et a signé en 2003 un ouvrage consacré à George Orwell. Elle s’intéresse depuis quelques années à la manière dont les thématiques scientifiques s’invitent dans la littérature romanesque ; son roman d’anticipation Contre mes seuls ennemis (2009) explore l’univers de la recherche et des labos. Elle écrit également pour la jeunesse. En 2011, elle publie Zqwick le robot. Isabelle Jarry est membre du Conseil d’administration de la Mel (Maison des écrivains et de la littérature) et vice-présidente de 2011 à 2017. Sources Babelio.com, Actualitte.com.

Thomas, inquiet de ne pouvoir joindre sa mère et son père depuis plusieurs jours, se rend en Normandie et découvre dans leur chambre les cadavres de ses parents. L’événement plonge Thomas et ses sœurs, Céliane, Camille et Pauline, dans la stupeur et l’incompréhension. Qu’est-il donc arrivé ? Un suicide commun ? Une dispute qui aurait mal tourné ? Les questions s’enchaînent sans la moindre réponse. Chacun à sa manière tente de résister au séisme provoqué par cette tragédie inexplicable. Tous les quatre, de nouveau réunis comme au temps de l’enfance, font face à ce qui brutalement affecte leur vie familiale, amoureuse, professionnelle. Pour comprendre et accepter ce drame, ne faudra-t-il pas se défaire des illusions et affronter ses propres vérités ? L’art romanesque d’Isabelle Jarry s’épanouit dans le cheminement sur la crête qui sépare le secret du mensonge. Avec une délicatesse extrême, elle explore les relations complexes qui unissent la fratrie dans ce moment très particulier.

Ce qui faisait aussi le sel de leur rencontre était le frisson causé par l’interdit. La clandestinité créait un territoire connu d’eux seuls qu’ils parcouraient sans se lasser, échappant dans cet espace réservé, où personne n’avait sa place, aux contingences de la vie quotidienne mais aussi au jugement d’autrui. Ils étaient les seuls à arpenter ce paradis et rien ne venait les y gêner. Le mensonge, la tromperie et la trahison restaient à la porte du jardin d’Eden, même s’ils se rappelaient à eux bien souvent, précisément lorsqu’ils s’apprêtaient à se retrouver ou dans les minutes qui suivaient l’instant où ils venaient de se quitter. Mais pas lorsqu’ils étaient ensemble. Alors, le plaisir les occupait tout entiers et ne laissait la place à aucun autre sentiment qui pût altérer, pas sa laideur, leur joie et leur exaltation.

Je referme ce roman éblouie par le style de l’auteure que je découvre. L’auteure nous emmène au sein d’une fratrie et nous brosse le portrait de Thomas et ses soeurs au début du roman. Citadins, chacun vit son existence de son côté. Une maison de famille en Normandie, la découverte des parents décédés brutalement par Thomas, le fils, va bouleverser leur quotidien. Que s’est-il passé ? Thomas, Céliane, Camille et Pauline vont vivre ce terrible événement chacun à leur manière. Une plume magnifique ou plutôt un pinceau pour dépeindre avec délicatesse les sentiments, les émotions des uns et des autres. Un récit puissant, une fratrie réunie dans un moment terrible et un suspense sur la cause de la mort des parents qui tient en haleine le lecteur. On croit connaître les gens… Je suis curieuse de découvrir les autres romans d’Isabelle Jarry ainsi que les récits de voyage.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s