Le fleuve de la liberté

Le fleuve de la liberté est un roman historique de Martha Conway, paru aux éditions JC Lattès en mai 2018 pour la traduction française et aux éditions Le Livre de Poche en avril 2019. Le roman fait partie de la sélection du mois de mai du Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2019. Je l’ai lu dans ce cadre, en tant que membre du jury.

Martha Conway est nouvelliste et romancière. Elle est née à Cleveland dans l’Ohio. Elle a obtenu son BA d’histoire et d’anglais au Vassar College et son MA d’écriture créative de l’Université d’État de San Francisco. Son roman Le fleuve de la liberté (The Underground River, 2017) a été sélectionné par les éditeurs du New York Times Book Review. Elle vit à San Francisco avec son mari et ses deux enfants et dirige des ateliers d’écriture à l’Université de Stanford. (Source : Babelio)

Son site : http://marthaconway.com/

Avril 1838. Après le naufrage du bateau qui devait l’emmener à Saint Louis, une jeune couturière, May Bedloe, échoue seule et sans le sou sur les berges de l’Ohio. Elle trouve un travail sur un bateau-théâtre qui descend la rivière pour donner des représentations. Par sa créativité et son talent, elle se rend rapidement indispensable et trouve sa place au milieu d’une troupe joviale d’acteurs hauts en couleur. Elle y découvre l’amitié et la promesse de quelque chose de plus… Mais traverser quotidiennement la frontière entre le Sud confédéré et le Nord libre n’est pas sans danger. Pour honorer une dette, May se voit contrainte de transporter en cachette des passagers clandestins sur les flots du fleuve de la liberté. Ses secrets deviennent de plus en plus difficiles à garder. Et pour sauver la vie des autres, elle va devoir risquer la sienne…

Parmi les trois romans de la sélection du mois de mai pour le Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2019, c’est celui qui me tentait le moins. Le résumé ne m’avait pas plus emballé que ça et je l’ai lu en dernier, après les deux autres de cette sélection. J’en attendais malgré tout beaucoup étant donné que ni la Chambre des merveilles, ni Les cuisines du grand Midwest ne m’avaient éblouie… Et cette lecture fut une belle surprise ! Je me suis attachée au personnage de May, cette femme qui vit dans l’ombre de sa cousine Constance avant qu’un drame les sépare. May prend enfin sa vie en main. Elle se fait embaucher sur un bateau, un théâtre flottant, qui longe les berges de l’Ohio et propose chaque soir des représentations. Un joli portrait de femme sur fond historique, le 19ème siècle et un contexte grave (abolitionisme, le Nord libre et le Sud confédéré) que j’ai eu plaisir à lire. Un rythme un peu lent parfois mais à l’image du rythme du bateau qui descend lentement le fleuve. Je me suis laissée portée par l’écriture fluide.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s