Les rêveurs

Les rêveurs est un roman autobiographique d’Isabelle Carré, paru en janvier 2018 aux éditions Grasset, puis chez Le Livre de Poche en janvier 2019. 282 pages pour la version poche.

  • Grand Prix RTL – Lire (2018)
  • Grand Prix de l’héroïne Madame Figaro (2018).

J’ai reçu ce livre en tant que membre du jury du Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2019. Les rêveurs fait partie de la sélection du mois de juin avec trois autres romans dans la catégorie Littérature.

Isabelle Carré est une actrice française, née le 28 mai 1971 à Paris. Elle a obtenu le César de la meilleure actrice en 2003 pour son rôle dans Se souvenir des belles choses ainsi que le Molière de la comédienne à deux reprises (en 1999 : Molière pour Mademoiselle Else et en 2004 pour L’Hiver sous la table).

Droits Studio Harcourt – 1998


Quand l’enfance a pour décor les années 70, tout semble possible. Mais pour cette famille de rêveurs un peu déglinguée, formidablement touchante, le chemin de la liberté est périlleux. Isabelle Carré dit les couleurs acidulées de l’époque, la découverte du monde compliqué des adultes, leurs douloureuses métamorphoses, la force et la fragilité d’une jeune fille que le théâtre va révéler à elle-même.

On devrait trouver des moyens pour empêcher qu’un parfum s’épuise, demander un engagement au vendeur – certifiez-moi qu’il sera sur les rayons pour cinquante ou soixante ans, sinon retirez-le tout de suite. Faites-le pour moi et pour tous ceux qui, grâce à un flacon acheté dans un grand magasin, retrouvent l’odeur de leur mère, d’une maison, d’une époque bénie de leur vie, d’un premier amour ou, plus précieuse encore, quasi inaccessible, l’odeur de leur enfance…

Je connais un peu Isabelle Carré en tant qu’actrice mais je la découvre en tant qu’auteure de ce roman autobiographique que j’ai eu l’opportunité de lire en tant que jurée du Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2019 pour la sélection du mois de juin. Isabelle Carré nous conte sa famille peu conventionnelle, son enfance et adolescence avec beaucoup de pudeur et de sensibilité. Le début du récit est un peu déroutant car décousu et le lecteur peut vite perdre le fil ou ne plus savoir de quel personnage elle parle. J’ai néanmoins réussi à suivre et le style se fluidifie ensuite. Plusieurs passages m’ont touchée. Insécurité affective, manque de confiance en elle, grand sentiment de solitude, tentative de suicide à 14 ans, Isabelle Carré rêvait d’une famille plus classique. Après s’être rêvée en danseuse classique et avoir réalisé qu’elle n’avait ni la souplesse ni la grâce nécessaires, elle va découvrir le théâtre qui va la sauver, à 14 ans. J’ai trouvé courageux de coucher tout cela sur le papier car même si elle le fait avec pudeur c’est tout de même se mettre à nue.

Ma mère ne me voit pas, elle ne me sauvera d’aucun danger, elle n’est pas vraiment là, elle ne fait que passer, elle est déjà passée. Elle s’en va.

 » Au pied de l’arc-en-ciel se dissimule toujours un trésor », nous répétait mon père. Notre univers avait la texture d’un rêve, oui, une enfance rêvée, plutôt qu’une enfance de rêve.

Publicités

2 réflexions sur “Les rêveurs

  1. Pour moi, ce livre est une fiction même si Isabelle Carré y livre certainement des bribes de son histoire personnelle et c’est pour cela que son livre m’a beaucoup plu! Ce travail d’écriture pour emmener son lecteur est très élaboré et revéle une maîtrise certaine! Moi aussi, j’ai adoré ! Merci pour la présentation vidéo l’édition de poche!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s