Personne n’a oublié

Personne n’a oublié est un thriller psychologique de Stéphanie Exbrayat paru au format poche aux éditions de Borée le 13 juin 2019. 338 pages. La version broché est paru en février 2017 chez City Editions.

Stéphanie Exbrayat vit dans les Yvelines. Elle a exercé différents métiers avant de se consacrer à temps plein à l’écriture. Personne n’a oublié est son premier roman. A paraître le 12 septembre 2019 : Colère assassine, chez le même éditeur.

Photo © Cécile Bortoletti

Sam, huit ans, tombe du haut d’une grange et meurt le crâne fracassé. Pour sa mère Colette, impossible de croire à un accident. Elle soupçonne François, son mari, un homme violent et secret, de ne pas être étranger au drame. Dix ans auparavant, Colette, enceinte d’un autre homme, a été contrainte de l’épouser. Dès lors, son mari a imposé la terreur et la tyrannie au sein de leur foyer. Bravant la violence de cet homme, Colette s’engage dans une dangereuse quête de vérité. Quel rôle a t-il joué dans la mort de Sam ? Et quel est ce trouble passé que François semble vouloir cacher à tout prix ? Au cœur de ce petit village du Morvan, les esprits s’échauffent et les tensions remontant à la guerre atteignent leur paroxysme. Le village bruisse de rumeurs et de douloureux secrets ne tardent pas à resurgir…

Stéphanie Exbrayat nous emmène au cœur du Morvan des années 60 où la mort d’un enfant va faire resurgir les secrets d’un village encore marqué par les horreurs de la seconde guerre mondiale. Je suis entrée dans l’histoire immédiatement car la mort de cet enfant de 8 ans donne immédiatement un ton sinistre. Colette est une mère admirable, mariée à un rustre qui la domine. Le suspense monte crescendo au fil des pages, à mesure que Colette avance dans son enquête. Il y a une certaine tension psychologique et le lecteur envisage toutes les hypothèses sur le déroulement du drame. Les thèmes abordés sont les violences conjugales, les conséquences psychologiques d’événements dramatiques et les relents de la dernière guerre. J’ai juste un regret, je m’attendais à une fin plus spectaculaire et j’ai donc été un peu déçue de l’issue du roman. Néanmoins ce premier thriller psychologique est plus que prometteur. L’écriture est fluide, les pages se tournent toutes seules, ce qui ajoute au plaisir de cette lecture.

Au fil des semaines, son chagrin devenait lourd et invalidant. Son corps n’était plus que le dégorgeoir de son esprit malade, et les journées passées à vomir dans un seau le peu qu’elle avalait, alternaient avec les suées nocturnes, qui trempaient ses draps.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s