Le Signal

Le Signal est un roman de Maxime CHATTAM, édité aux Editions Albin Michel en octobre 2018. 740 pages.

L’auteur : Maxime CHATTAM est l’un de noms de plume de Maxime DROUOT, il est né en France en 1976. Il a publié plusieurs romans policiers et thrillers. Il est connu pour ses grands cycles de romans, dont La Trilogie du Mal. Il est le spécialiste du genre en France. Maxime CHATTAM fait partie du collectif d’écrivains La Ligue de l’Imaginaire, qui comporte notamment Franck THILLIEZ et Bernard WEBER. Il connaît rapidement le succès. Son premier thriller, Le Cinquième règne, publié en 2003 par les éditions du Masque sous le pseudonyme de Maxime WILLIAMS, remporte le prix Fantastic’Arts du festival de Gérardmer. Le premier volet de sa Trilogie du Mal, L’Âme du Mal, reçoit quant à lui le Grand Prix Sang d’Encre en 2002. Loué par les fans de thriller, il grimpe au sommet des ventes à la sortie de chaque nouveau roman. (Source : site Fnac).

Résumé de l’éditeur : La famille Spencer vient de s’installer à Mahingan Falls. Jusqu’ici, tout va bien. Un vrai paradis. Si ce n’étaient ces vieilles rumeurs de sorcellerie, ces communications téléphoniques brouillées par des cris inhumains, ce quelque chose d’effrayant dans la forêt qui pourchasse les adolescents, et ce shérif complètement dépassé par des crimes horribles.

Mon avis : Il s’agit du premier roman de Maxime CHATTAM que je lis. C’est un auteur très connu, qui a du succès, mais jusqu’à présent je n’ai jamais été attirée, je ne sais pas pourquoi… Trop de fantastique peut-être, ai-je pensé ?  Le Signal m’a tenté après avoir vu un teaser sur le compte Instagram de l’éditeur et lu le résumé. Une fois en librairie, la belle couverture noire et argent et la relecture du résumé…et bien j’ai craqué et je me suis dit « pourquoi pas, je tente ». J’ai littéralement plongé dans ce thriller de plus de 700 pages dès les premières lignes et je l’ai dévoré ce week-end. Je suis fan de Stephen KING et je ne lui ai pas encore trouvé d’équivalent (je n’ai pas tout lu non plus !) mais l’objectif dès le départ était de ne surtout pas comparer. Stephen KING est le maître de l’horreur et de l’épouvante mais je ne suis pas du tout partie avec l’idée que Le Signal serait obligatoirement moins bien. Malgré les quelques clichés que l’on retrouve dans ce thriller j’ai adoré. Le thème de la maison hantée dans une petite ville repliée sur elle-même, la bande de copains ado… classique…  J’ai retrouvé aussi des détails qui m’ont fait penser à plusieurs romans de Stephen KING, je ne sais pas si c’est volontaire de la part de l’auteur… J’imagine que oui. On peut dire que Le Signal « fait le job » ! Je me suis attachée aux personnages, j’ai aimé le style de l’auteur et tout en lisant je visualisais les scènes comme au cinéma, je me suis laissée embarquée totalement dans l’histoire. Le rythme est soutenu, on ne s’ennuie pas. Le seul bémol, une scène censée être gore m’a fait sourire… et ce n’est en principe pas le but… (une scène dans une baignoire, je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler). En tous cas, Je lirai surement un autre roman, voir plusieurs, de cet auteur, reste à savoir lequel.

Extrait : « Quelque chose attira brusquement l’attention de Duane dans le rétroviseur intérieur. Il ne vit pourtant rien une fois les yeux levés dans sa direction. Qu’avait-il cru percevoir ? Le suivait-on ? Non, c’était impossible, il l’aurait repéré depuis longtemps, et puis rouler sans aucun phare, si rapidement, sur une route dangereuse, ce n’était pas possible… Un filet de sueur froide longea alors sa colonne vertébrale… Ses  pupilles passaient de l’asphalte craquelé devant lui aux rétroviseurs pour s’assurer qu’il n’y avait pas un autre véhicule dans son sillage. Rien. Seulement le vide obscur à trois cent soixante degrés… Puis il sentit de nouveau un mouvement dans le rétroviseur central. Il comprit. Tout son corps se tendit sur son siège. C’était à l’intérieur ! Quelqu’un derrière lui sur la banquette ou dans l’espace qui servait de coffre. »