Charlatans

Charlatans est un roman de l’écrivain américain Robin COOK, publié en octobre 2018 aux Editions Albin Michel.

L’auteur : Robin COOK est médecin de formation, diplômé de l’Université de Columbia et excelle dans l’art de manier la plume. Il écrit des récits policiers inspirés de ses expériences dans le milieu médical. Ecrire des thrillers n’est pas son seul objectif, il souhaite aussi faire prendre conscience aux gens des enjeux éthiques et des dangers de la médecine moderne. L’auteur cible des thèmes controversés qui deviennent sujets à effrayer le commun des mortels dans ses best-sellers. Dons d’organes, transplants, fertilité, fertilisations in vitro,. ., tout passe entre les mains expertes du docteur. Une marque de fabrique qui fonctionne, à en croire le franc succès que ses écrits remportent depuis plus de trente ans. L’écrivain explique l’engouement du public par la portée des thèmes abordés en comparaison à certains thrillers moins réalistes. Certaines de ses histoires se voient projeter à l’écran (Source Evène). Il est l’auteur de nombreux titres comme Cobaye, Prescription mortelle, Vertiges, Facteur risque etc…

Résumé de l’éditeur : A la pointe de la technologie, le Boston Memorial Hospital est réputé pour l’excellence et la fiabilité de ses praticiens. Jusqu’à un incident, fatal : le décès d’un patient lors d’une banale intervention. Tout juste nommé chef des internes en chirurgie, Noah Rothauser est déterminé à prendre ses responsabilités pour préserver la réputation de son service. Mais avant, il lui faut faire toute la lumière sur ce drame : simple négligence médicale, mauvaise coordination entre le chirurgien et l’anesthésiste ou geste malveillant ? Lorsqu’un nouveau décès survient, puis un autre, Noah se heurte à une vérité qui dépasse l’entendement. Et si les médecins n’étaient pas ceux que vous croyez ? Bienvenue dans l’enfer de l’hôpital. Un enfer qui pourrait bien être le vôtre…

Mon avis : J’ai dévoré les 567 pages de ce thriller médical. Le prologue met de suite dans l’ambiance et on est plongé dans l’intrigue au sein du Memorial Boston Hospital dès les premières pages. Ambiance Urgences garantie, la série, pour ceux qui ont connu. La lecture est addictive, l’auteur est médecin donc les descriptions des situations médicales, les termes utilisés, sont précis et réalistes. L’auteur met en lumière dans ce roman et il l’explique dans l’épilogue, le problème des charlatans dans le milieu médical, des personnes qui se font passer pour des médecins sans en avoir le diplôme et plus globalement il dénonce aussi les faux profils sur les réseaux sociaux. Je me suis bien laissée embarquée au fil des pages, en suivant Noah le chef des internes, le personnage principal et la mystérieuse Ava, l’anesthésiste, qui est présente au moment des trois décès en salle d’opération. Difficile d’en dire plus sans dévoiler une partie de l’intrigue. Pour avoir lu d’autres titres de Robin COOK, ce n’est à mon avis pas le meilleur mais j’ai passé un très bon moment.

Extrait : « Le premier signe que quelque chose ne tournait pas rond fut un éclat de voix du Dr Mason à la trentième minute : – Merde, merde, merde ! grogna-t-il, agacé. C’est invraisemblable, ce truc ! – Les deux chirurgiens n’avaient jusqu’alors rien dit qui pût indiquer qu’ils avaient un problème. Ava se redressa pour regarder la table d’opération par-dessus l’arc d’anesthésie; De l’endroit où elle se tenait, elle ne distinguait pas la fenêtre du champ opératoire, mais il était clair, vu les gestes du Dr Mason, qu’il était confronté à une difficulté. – Essaie de libérer cette foute tripe de ton côté, tu veux ? dit-il à Andrews. L’Australien inclina le buste au-dessus du patient pour glisser un doigt dans l’incision. Ava comprit qu’il était perplexe, lui aussi, et tâtonnait, au sens propre, dans l’aine de Bruce Vincent. »